Archives de catégorie : Évènements

CINÉMA DÉBAT « SAMOUNI ROAD » A FORCALQUIER

LE 15 DÉCEMBRE A 17H30

Dans le cadre d’un triple partenariat entre le cinéma le Bouguet – l’association Œil Zélé – l’AFPS 04 et en présence de la productrice Pénélope Bortoluzzi, qui a également participé au scénario.

Vous pourrez voir et débattre de « Samouni road » qui est un film documentaire de Stefano Savona.  Il  a été sélectionné pour la quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2018. Il a reçu un certain nombre de prix.

Le film qui utilise à certains moments des techniques d’animation classiques, revient sur la situation à Gaza. Il dresse un portrait de la famille Samouri avant, pendant et après la guerre/massacre lancé par l’armée israélienne sur la bande de Gaza sous blocus, appelé « plomb durci » (dec 2008- jan 2009). Au fil de leur souvenirs, il redonne vie et dignité à la famille Samouni, décimée par l’armée israélienne.

Sur le site du Bourguet : SAMOUNI ROAD
Italie, France / 2018 / 2h08 / OEil d’Or Cannes 2018 de Stefano SAVONA
Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza… Amal, Fouad, leurs frères et leurs cousins ont perdu leurs parents, leurs maisons et leurs oliviers. Samouni Road dresse un portrait de cette famille avant, pendant et après l’événement qui a changé leur vie à jamais.
« Un témoignage saisissant et nécessaire qui dénonce les blessures laissées par le conflit entre Israël et la Palestine. » aVoir-aLire
VOST
Samedi 15 décembre à 17h30, la projection sera suivie d’un échange entre Pénélope Bortoluzzi, productrice du film, et Pascal Privet. En partenariat avec les associations OEil zélé et France Palestine Solidarité 04.

9 novembre Conférence-Débat avec Nada Awad « Quel avenir pour Jérusalem ? »

Dans le cadre de sa tournée en France à l’initiative de l’AFPS (GL Drôme-Ardèche), Nada Awad s’est arrêtée dans le 04.

– Elle a pu répondre aux questions de 2 radios locales (fréquence mistral et radio zinzine)
– A rencontré une 10aine d’élu-e-s dont les maires de Reillanne, La Palud sur Verdon et Thoard.
– Est intervenue lors d’une conférence-débat sur le thème de Jérusalem, devant plus de 60 personnes dont une partie d’inconnus. Son intervention claire a capté l’intérêt de l’auditoire et le débat très riche s’est poursuivi pendant plus d’une heure.
Nous avons terminé cette belle soirée par le partage d’un buffet offert conjointement par la commune et l’AFPS 04.

 

 

 

 

 

2018.11.09 Tournée Nada Awad reillanne

 

 

 

Dans le cadre de sa tournée en France, NADA AWAD fera escale dans les Alpes de Haute Provence pour une soirée.

Salle Polyvalente à REILLANNE le 9 novembre à 19h45

Elle s’exprimera sur la situation actuelle et à venir de Jérusalem.

Jérusalem-Est, une capitale à protéger face à l’illégalité de la politique d’Israël qui expulse, dépossède, cherche par tous les moyens à dé-palestiniser, à diviser par les murs, et emprisonne particulièrement la jeunesse…,

Nada Awad est une jeune Palestinienne de Jérusalem. Diplômée de Sciences Po, elle est spécialiste de droit humanitaire. Elle a été responsable des campagnes de sensibilisation et de défense des droits des habitants palestiniens au Centre d’Action Communautaire de l’Université Al Quds.

LE 9 NOVEMBRE EST LA JOURNÉE MONDIALE SANS MUR

les groupes locaux de la région PACA soutiennent les 7 accusés de Briançon

Lors du 13 octobre « journée de rencontre des GL AFPS de la région PACA à Puyricard il a été décidé qu’après accord des organisateurs du rassemblement de soutien à Gap le 8 novembre, nous aurions une expression spécifique par une prise de parole qui s’appuie sur la nécessaire liberté de circulation et la fin de toute sorte de murs.

Le texte qui sera lu en notre nom est le suivant :

Intervention des Groupes Locaux de l’AFPS de la région PACA à GAP le 8 novembre 2018 à l’occasion du procès des 3 + 4

Les Groupes Locaux de l’Association France Palestine Solidarité de toute la région PACA sont ici représentés et ils tiennent à marquer leur solidarité avec les inculpés.

Cette année, dans quelques jours (le 10 dec), ce sera la date anniversaire des 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’humain à l’ONU. Rappelons-nous de son article 13 qui stipule : « toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. »

Il y a 16 ans, Israël commençait à construire un mur haut de 8 mètres et long de plus de 700 km sur les terres palestiniennes occupées. Dit mur de sécurité pour les uns et mur d’apartheid pour les autres, ce mur fait partie intégrante du projet israélien d’annexion de la Cisjordanie. A celui-ci s’ajoute le mur isolant complètement 2 millions d’individus dans la Bande de Gaza sous blocus israélien. Pourtant, les Palestiniens n’ont jamais cessé de lutter contre l’expulsion continue de leurs terres (la Nakba), – pensons aux manifestations pacifiques des « marches du retour » à Gaza depuis le 30 mars, où l’armée israélienne a déjà tués 228 civils sans compter les 22 000 blessés – , ni de résister à ces murs reconnus illégaux, puisque l’Assemblée générale des Nations-unies a adopté depuis 2003 une résolution condamnant sa construction, et que la Cour internationale de justice a jugé le 9 avril 2004 que sa construction était contraire au droit international.

Depuis 2003 le 9 Novembre – jour de la chute du Mur de Berlin – ce jour est « Journée mondiale pour un monde sans mur ».

Du mur israélien sur les terres palestiniennes colonisées, au mur de la honte étatsunien à la frontière avec le Mexique, près de 70 murs à travers tous les continents déchirent aujourd’hui la vie des gens et les terres, renforçant des frontières et des contrôles de plus en plus sophistiqués. Ils limitent l’horizon et détruisent l’espoir de beaucoup. Leurs lignes, plus infranchissables aux personnes qu’aux finances, sont la cause de milliers de morts chaque année. Ce sont des monuments d’oppression, de discrimination et d’exploitation. Ces murs construits sur la peur, sont devenus les remparts d’un monde où les guerres, la militarisation et l’exclusion remplacent la justice, la liberté, le droit, le partage et l’égalité.

Les murs ne sont pas seulement construits pour renforcer les frontières mais aussi pour fixer des limites entre les êtres humains. Visibles ou invisibles, ils ont pour fonction essentielle de protéger au bénéfice de quelques-uns des acquis liés aux l’injustices économique, politique, sociale et environnementale.

Pour nous, évoquer cette journée d’un monde sans mur, aujourd’hui, à Gap, a tout son sens. Depuis 2015, la France a rétabli les contrôles aux frontières entre l’Italie et la France et si un mur n’a pas été érigé matériellement, la militarisation des zones de passage, les contrôles multipliés jusqu’à 10 kms au-delà des frontières, la véritable chasse aux migrants, constituent bien un mur, avec tous les dangers que nous connaissons trop bien pour ceux qui cherchent à mieux vivre et espèrent protection en France.

Aujourd’hui, ici, l’AFPS se mobilise pour :

– Saluer et soutenir les mouvements de solidarité entre les peuples.

– Favoriser la création de liens entre les personnes enfermées derrière des murs et les mouvements luttant contre eux.

– Dénoncer les effets dévastateurs des inégalités et de l’injustice.

– Exiger la fin de ces frontières réelles ou symboliques lorsqu’elles volent des terres, expulsent, excluent, oppressent, discriminent, exploitent, enferment et séparent.  Il faut faire tomber les murs !  

– Rappeler que le principe de fraternité est contenu dans le préambule notre Constitution et que les personnes qui apportent une aide désintéressée aux migrants en situation irrégulière en France ne devraient pas pouvoir être poursuivies.                            

13 octobre à Puyricard Rencontre des GL de PACA

Nous étions près de 40 le matin – c’est à dire 20% des adhérent.e.s de la région à nous ’être déplacé.e.s – et 60 dans l’après midi pour cette 1ère rencontre régionale. Plusieurs pistes ont été proposées que nous allons maintenant essayer de mettre en œuvre pour nous renforcer. Que ce soit pour développer des projets communs, créer un agenda partagé, ou pour tenter d’être plus visible auprès de nos élu.e.s ou de la presse,..

13 oct 2018 matinée rencontre GL PACA VD

Anne Tuaillon debout avec Bertrand Heilbronn                            L’accueil

les échanges en sous groupes le matin

 

13 oct 2018 après midi puyricard VD

Hassan Al Balawi au centre

 

 

Marc Mercier des instants vidéo poétiques et  numériques ci dessous

  CONFÉRENCE RÉGIONALE des GROUPES LOCAUX de L’AFPS en PACA

 MATINÉE de RENCONTRE à l’attention de l’ENSEMBLE des ADHÉRENT.E.S *

En présence de membres du Bureau National et référents de Groupes de Travail (Bertrand Heilbronn président, Anne Tuaillon vice-présidente, Marc Gicquel trésorier).

10H- 10h30      Accueil,

10H30- 11h       Prise de parole de nos représentant.e.s nationaux :

                        –  Enjeux du développement de l’AFPS, du local à l’international.

                        – Aperçu de la campagne 2018 et des mouvements de résistance populaire.

11H-12H           Échanges en sous-groupes.

12h- 13h           Synthèse et propositions d’actions régionales.

                                                     13h – 14h pause repas partagé sur place

14h-18h30       Conférence débat de Hassan Al Balawi et projections vidéo avec                             « les instants numériques et poétiques » A.M. OUVERT À TOUS ET TOUTES

18h30 -19h30   Clôture et Apéritif offert par l’AFPS

SAMEDI 13 OCTOBRE 2018   10h-13h & 14h-19h30

Salle des fêtes de Puyricard       35 av Jean d’Orsini 13 540

Pendant toute la journée : Expositions, documentation et matériel de l’AFPS, choix de livres.    

* Possibilité d’adhérer sur place à l’entrée de la salle                                                                                                                                                           

Possibilité d’AR par cars réguliers de Marseille (gare routière) Aix (gare routière) à Puyricard ligne 11,12 ou 13 arrêt ‘Puyricard fêtes’   Parking face salle des fêtes   Penser aux co-voiturages !                   Entrée libre


SAMEDI 13 OCTOBRE 2018              

14h-19h30 OUVERT A TOUS ET TOUTES (ADHÉRENT, CURIEUX, SYMPATHISANT…)

Salle des fêtes de Puyricard   –  35 av Jean d’Orsini 13 540

À l’invitation des groupes locaux de l’Association France Palestine Solidarité en PACA

 14h-14h30          ACCUEIL ET PRÉSENTATION DE L’APRÈS-MIDI

  14h30- 16h30   CONFERENCE-DEBAT DE HASSAN AL BALAWI

« Actualités en Palestine et positions de l’Union européenne »

Diplomate palestinien, chargé de mission de Palestine auprès de l’Union Européenne, responsable des relations bilatérales avec la Belgique et le Luxembourg.

Ancien journaliste. Auteur du livre « Gaza, dans les coulisses du mouvement national palestinien ».

 16h45-18h30   RENCONTRE ET PROJECTIONS AVEC LES « INSTANTS VIDÉO NUMÉRIQUES ET POÉTIQUES » de Marseille

Présentation de l’association, des réalisations du festival d’art vidéo & performance en Palestine et vidéos par Marc Mercier                                                      

 18h30-19h30         CLÔTURE, PUIS APÉRITIF OFFERT PAR L’AFPS

Expositions, documentations et librairie.

Entrée Libre                                                                                                                                   Possibilité d’AR par cars réguliers de Marseille (gare routière) Aix (gare routière) à Puyricard lignes 11,12, ou 13 arrêt ‘Puyricard fêtes’ –  Parking face salle des fêtes          Penser aux co-voiturages !

22 mai à Volx Soirée contes sur le thème de « récits de vie en temps de guerre »

A l’initiative de l’association « de bouche à oreilles », une soirée de contes par Jihad Darwiche         » Récits de vie en temps de guerre «  qui sera soutenue par l’AFPS 04 ainsi que Amnesty Internationale – l’Assemblée citoyenne du bassin manosquin – la LDH Manosque – le Mouvement de la Paix – RESF 04

Venez nous retrouver sur notre stand ! Nous y aurons l’actualité qui ne manquera pas entre les marches de retour à Gaza, la commémoration des 70 ans de la Nakba et l’installation annoncée de l’ambassade des USA à Jérusalem

Du 28 avril au 6 mai à Forcalquier exposition photos et pastels, conférence débat, diaporama retour de mission en Palestine et ciné débat

VOYAGE EN PALESTINE

Bilan de nos 10 jours de voyage… à Forcalquier qui nous ont permis de mettre la Palestine en avant de manières variées et de toucher un public différent de celui, plus habituel, de nos « conférences-débats ».

Nous avons pu retrouver avec plaisir et recevoir Ahmad Dari, palestinien -calligraphe, musicien, ancien membre de la délégation de la Palestine à l’UNESCO- qui était déjà venu dans notre département et qui nous a offert il y a déjà plusieurs années la calligraphie qui orne les bouteilles d’huile d’olive que nous revendons …

Cela a été aussi l’occasion d’un article dans la presse locale pour annoncer nos événements (La Provence) et de 2 émissions de radio pour parler des 10 jours à venir ; mais aussi de l’actualité, des 70 ans de la Nakba et du blocus dramatique de Gaza (radio Zinzine et Fréquence mistral) ainsi que de l’interview d’Ahmad Dari…

 

 

 

 

 

Le 28 avril à 18h vernissage de l’exposition en présence d’une 50 aine de personnes. Moment dédié tout particulièrement aux Gazaouis et au soutien que nous apportons à leurs « marches du retour » depuis le 30 mars. Tout au long des 10 jours de 30 à 80 personnes sont venues regarder l’exposition. Occasion de quelques rencontres et de la vente du carnet de Palestine de Caroline Amblard, dont les bénéfices seront reversés à l’AFPS.

Le 28 en soirée, malheureusement, pas plus de 25 personnes sont restées pour la conférence de Ahmad Dari sur les thèmes du « projet culturel palestinien » de la « culture comme moyen de résistance ».

 

bdr

 

 

 

 

 

 

 

Le 29 l’atelier de découverte de la calligraphie à fait le plein… Avec quelques jeunes !

 

 

 

 

Le 4 mai, 45 personnes étaient réunies, pour une heure de diaporama agrémenté de nos commentaires selon différents thèmes (Jérusalem, l’urbanisme, la refonte Israélienne de l’histoire, les Bédouins et la vallée du Jourdain, les réfugiés et les camps, le mur, Hébron et Wadi Fouking, la résilience, … ) suivi d’un échange de questions et témoignages, puis du partage convivial d’un pot offert par l’association.

 

 

 

 

 

Le 5 mai, nous étions 78 dans la salle du Bourguet pour la projection, en partenariat avec le cinéma de la ville, de « derrière les fronts » documentaire d’Alexandra Dol. La séance s’est poursuivie d’un débat animé par l’AFPS 04 pendant presque une heure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 28 avril et 4 mai, nous avons récolté pour …  de dons qui seront versés directement à l’attention des gazaouis pour aide aux soins que nécessite les attaques et tires par balles qu’ils subissent alors qu’ils manifestent pacifiquement.

Du 28 avril au 6 mai à Forcalquier (04300) au centre d’art contemporain Boris Bojnev, le GL AFPS 04 organise une exposition 

Vous y trouverez :

– les photos de notre dernière mission en Palestine (sept 2017)
 
– Des planches originales du carnet de voyage de Caroline Amblard membre de notre CA (le carnet sera en vente), 

– Lcollection de photos de Palestine et Palestinien.ne.s réalisées de 1880 à 1942 de Ahmad Dari 
– L’exposition de la campagne « 2018 justice pour la Palestine » de l’AFPS, un detour explicatif sur le processus de la Nakba.

Avec quelques temps forts :

– le 28 avril à 18h vernissage, en présence des « artistes ».

– Le 28 avril à 20h30 conférence de Ahmad Dari sur    « Le projet culturel palestinien et ses partenariats « . Salle Pierre Michel
–  le 29 avril à 14h30 Atelier de Calligraphie au centre d art contemporain Boris Bojnev
– Le 4 mai en soirée diaporama, interventions et débat « retour de mission en Palestine » des 11 membres du GL afps 04. Salle Pierre Michel
Le 5 mai à 18h ciné débat  « derrière les fronts »  au cinéma « le Bourguet ».
 Dans le cadre des manifestations de solidarité avec le peuple Palestinien, organisées par le groupe local de l ‘AFPS 04,  qui se dérouleront à Forcalquier du 28/04/2018 au 05/05/2018. (voir l’affiche)

Nous organisons avec l ‘artiste Palestinien Ahmad Dari, un atelier de calligraphie. le 29 Avril à 14h30 salle Pierre Michel

Ahmad Dari vous proposera d’explorer les différents styles de calligraphie (Latine et Arabe),  de découvrir l’ utilisation du calame, et le plaisir d’écrire avec les instruments traditionnels.  Il vous entrainera pendant 2 h 30,  » en voyage dans la culture Arabe pour une tentative d ‘approche des différences de conceptions artistiques entre l’orient et l’occident « .Cet atelier est limité à 15 personnes maximum ( adultes et enfants à partir de 8 ans ). Le matériel : papiers, encre, calames, palettes, gobelets et documentations est apporté par le calligraphe.  Son cout s’élève à 20 euros par participant. Merci de  téléphoner au 06/07/47/13/99 pour vous inscrire à cet atelier ou pour tous renseignements complémentaires.

stage calligraphie

 

GAZA appel du collectif « Palestine 04 » à un rassemblement devant la mairie de Digne le 7 avril à 10h30

Suite aux massacres à Gaza vendredi dernier, et qui risquent de ce reproduire, la France est tragiquement silencieuse, manquant à son devoir de protection, en tant que partie aux conventions et accords internationaux.

Le collectif Palestine 04 « l’urgence de la paix et du droit », – dont l’AFPS 04 fait partie – demande instamment au président de la République d’intervenir fermement auprès des dirigeants israéliens – qu’il qualifie d’amis- afin que ces crimes cessent immédiatement et que justice soit faite. S’il restait silencieux, il se déshonorerait et entacherait gravement l’image de la France qui se veut toujours « patrie des droits de l’Homme ».

le 1er avril, la diplomatie française a publié un communiqué qui dit notamment :  « La France exprime sa plus vive préoccupation face aux graves incidents survenus ces derniers jours dans la bande de Gaza. Alors que l’on dénombre au moins 15 morts et plus de 1000 blessés depuis le début des manifestations, la France rappelle les autorités israéliennes à leur devoir de protection des civils et leur demande d’agir avec la plus grande retenue. La France rappelle également le droit des Palestiniens à manifester pacifiquement.« 

Cela ne saurait suffire !

Le collectif Palestine 04 ‘l’urgence de la paix et du droit » appelle ce samedi 7 avril à un rassemblement devant la mairie de Digne à 10h30 afin de faire entendre notre voix, comme cela se fera dans beaucoup de villes de France.

2018.04.07 GAZA

GAZA :    HALTE AUX MASSACRES ! LEVÉE IMMÉDIATE DU BLOCUS ! SANCTIONS CONTRE ISRAËL !

Le vendredi 30 mars 2018 une centaine de snipers de l’armée israélienne a tiré à l’intérieur même du territoire de Gaza sur des Palestiniens. Comme à l’exercice, bien à l’abri d’un remblai, ils visaient la foule de plus de 30 000 manifestants désarmés rassemblée pour la « Marche du retour ». Un bilan aux airs de tableau de chasse : 18 Palestiniens tués, plus de 1400 blessés dont 757 par tirs à balles réelles.

La marche avait deux objectifs majeurs : exiger l’application de la résolution 194 de l’ONU sur le droit au retour, acceptée par Israël comme condition de son admission à l’ONU le 11 mai 1949, et la fin des bientôt 11 années du blocus illégal de Gaza. Elle n’était pas organisée par une faction, mais par l’ensemble des forces politiques et sociales palestiniennes. D’autres marches doivent suivre jusqu’au 15 mai, date commémorative des 70 ans de l’expulsion de 80% de la population palestinienne en 1948 (la Nakba). La dénonciation de la colonisation, de l’occupation et de l’annexion de Jérusalem sera aussi à l’esprit des manifestants.

Encouragées par Trump les autorités israéliennes ont félicité l’armée pour ce beau résultat et annoncé le renforcement des moyens militaires pour frapper en tout point de Gaza, ainsi que du nombre de snipers en cas de nouvelle marche.

Il faut arrêter ce massacre, qui risque de se reproduire dans les jours et semaines à venir : la France et l’Europe ont un devoir de protection du peuple palestinien. Elles doivent immédiatement et clairement interdire à Israël, sous peine de sanctions immédiates, le recours aux armes de guerre contre la population palestinienne qui manifeste pour ses droits. C’est ce que nous demandons aujourd’hui au président de la république

La France et l’Europe ont les moyens d’agir, mais elles doivent sans délai changer de logique, reconnaitre l’état de Palestine et exiger :

  • La levée du blocus de Gaza
  • L’arrêt de toute colonisation, l’arrêt des destructions de maisons et d’infrastructures.
  • Interdiction de l’importation de produits et services des colonies israéliennes
  • L’application des résolutions de l’ONU
  • Que les responsables de ces crimes en répondre devant la Cour pénale internationale (CPI)
  • Et cesser toute coopération militaro-policière avec Israël.

À nous citoyennes et citoyens de faire entendre cette exigence de justice, condition même de la Paix.

Rassemblement le samedi 7 avril 2018 à 10h30 

Mairie de Digne les Bains 04000

10 mars Nous accueillons Eléonore Bronstein de l’ONG De-Colonizer à Manosque

Plus de 50 personnes ont participé à la conférence rencontre débat de De-colonizer à Manosque pendant 2 bonnes heures . Éléonore a été particulièrement appréciée pour son discours clair, la qualité de ses analyses et le courage de ses positions.

La soirée qui s’est poursuivie en retrouvant Eitan pour manger ce termine juste après de riches échanges…

Dans l’après midi Éléonore a pu faire 1 interview pour Fréquence Mistral.

Demain avant de partir pour Grenoble, ils feront 1 étape par Longo Maï et radio zinzine où nous sommes attendus pour une émission à radio zinzine, puis Éléonore et Eitan pour une intervention auprès des ‘résidents’.

Une déclaration de soutien aux 70 localités palestiniennes menacées par la colonisation et un appel aux jumelages a été décidé que l’AFPS 04 va adresser aux communes du département au nom de l’ensemble des participants de cette soirée.

Nous pouvions espérer être plus nombreux pour en profiter, mais ce fut une très belle journée !

2018 Tract De-Colonizer – VDef

Conférence-débat en présence d’Éléonore Bronstein à Manosque  

 le samedi 10 mars 2018 à 18h30, salle des Quintrands, rue Lemoyne                                   (au-dessus du bd. des Tilleuls)

2018 est une année particulière pour la Palestine

 Elle marque les 70 ans de la création de l’État d’Israël et de l’expulsion des Palestiniens

C’est la Nakba – la catastrophe – que nous commémorons cette année

80% de la population arabe palestinienne a été expulsée. Plusieurs centaines de villages palestiniens et des quartiers de villes ont été détruits ou rasés.

Ce processus de nettoyage ethnique a commencé avant 1948.

Il est toujours à l’œuvre aujourd’hui.

La continuité et la persistance du projet colonial perdurera tant que les états et la mobilisation internationale ne seront pas assez forts pour exiger son arrêt.

 De-Colonizer est une ONG Israélienne qui s’attache à rendre visible ce qui ne l’est plus depuis la destruction de 817 localités palestiniennes, de 195 localités syriennes, de 44 localités juives.

Du 8 au 19 mars 2018 Éléonore Bronstein de De-Colonizer est invitée pour une série de conférences à Lyon – Manosque – Grenoble – Romans – Angoulême – Versailles

             Rendez-Vous le 10 mars à 18h30 

Salle des Quintrands rue Lemoyne à Manosque

De-Colonizer est une ONG israélienne et un centre de recherche alternatif et militant basés à Tel Aviv, et cofondés par Éléonore Merza-Bronstein et Eitan Bronstein, tous deux anthropologues du politique, spécialistes de la société israélienne contemporaine et militants anticolonialistes israéliens.

De-Colonizer invite au débat, pour convaincre, pour changer les discours, pour lutter contre les oublis de l’histoire et les mémoires occultées, pour enfin pouvoir penser un autre vivre-ensemble où l’égalité ne serait pas un vain mot.

De-Colonizer se définit comme un laboratoire, au sens expérimental, offrant un espace unique de réflexions, de mises en commun, de partages, d’activités constantes, à la jonction de nombreux outils et méthodes. De-Colonizer veut contourner les frontières politiques et symboliques afin de fournir un nouvel espace extraterritorial.

« Afin de dépasser cette situation de guerre permanente, nous pensons qu’il est temps de renoncer au sionisme et nous estimons qu’Israël doit reconnaître sa responsabilité historique dans l’expulsion des PalestinienNEs, et réparer cette injustice en accordant à touTEs les réfugiéEs leur inaliénable droit au retour. Et si les PalestinienNes sont les principales victimes de ce régime, nous pensons que les JuifVEs-IsraélienNEs paient également le prix de cette conquête interrompue depuis 1948 en vivant dans une peur constante et sans espoir de paix. En d’autres termes, nous pensons qu’une des clés essentielles à notre futur est profondément enracinée dans notre passé ».

Conférence-débat en présence d’Éléonore Bronstein à Manosque  

 le samedi 10 mars 2018 à 18h30, salle des Quintrands, rue Lemoyne                                   (au-dessus du bd. des Tilleuls)

 

Le 8 mars, ciné-débat au cinétoile de Digne « Je danserai si je veux » avec Amnesty International et Femmes Solidaire

Nous étions 70 participants au ciné débat du cinétoile à Digne pour voir le film « je danserai si je veux » de Maysaloun Hamoud dans le cadre du festival pour les droits humains organisé par AI

Jeudi 8 mars, l’AFPS 04 s’est associée à Amnesty International, ‌Femmes Solidaires et le CIDFF pour co-présenter le film « Je danserai si je veux » de  Maysaloun Hamoud dans le cadre du Festival des Droits Humains mis en place par Amnesty International dans la région PACA.
Cela a permis de présenter les priorités, campagnes et activités de notre association avant la projection.
Un débat, animé par Jean Stern, rédacteur en chef de la revue « La Chronique » d’Amnesty International, a fait suite à la projection du film.
S’appuyant sur la difficulté des femmes pour assurer leur indépendance dans une société patriarcale, Jean Stern a su élever le débat pour faire partager au public l’ambiguïté supplémentaire liée au statut de palestinien.ne.s d’Israël.
Très belle soirée qui a attiré plus de 70 personnes.
Écouter le reportage d’Odile Frison de Fréquence Mistral avec l’interview de Jean Stern.

http://www.frequencemistral.com/La-liberte-de-danser-mais-pas-seulement_a5966.html

Festival ACDH Cinétoiles 2018

Dans le cadre Festival « Au Cinéma pour les Droits Humains »  ACDH 2018    organisé par  AMNESTY INTERNATIONAL

Rendez -vous tous les jeudis du mois de mars à 18 h 15 au Ciné Toiles de Digne-les-Bains.

Le jeudi 8 mars, nous interviendrons dans le débat qui suivra le film « je danserai si je veux »,  aux cotés d’Amnesty International, de Jean Stern, Luc Levénès et femmes solidaires.

Programme :

Jeudi 1 er mars : She has a name  – 1h48 – 2015  INEDIT JAMAIS PASSE EN France –

7 Prix et 10 nominations Jason, un avocat américain, se fait passer pour client pour monter un dossier contre le trafic des proxénètes avec des filles à Bangkok. Peut-il gagner la confiance d’une jeune prostituée connue seulement sous le numéro 18 et la convaincre de risquer sa vie pour témoigner contre son proxénète ?

(Avec Jean Luc Levénès, coorganisateur du festival et  Femmes Solidaires)

 Jeudi 8 mars : Je danserai si je veux – 1h 42 – 2017

Nombreux prix – Toronto 2016 – Prix NETPAC du Meilleur film asiatique-San Sebastian 2016 – Prix de la Jeunesse – Prix L’Autre Regard – Prix Sebastiane Haïfa 2016 – Prix du Public – Prix d’interprétation pour les 3 actrices – Prix du Meilleur premier film-Zagreb 2016 – Prix du Public – Prix Spécial du Jury – Annonay 2017 – Grand Prix du Jury et Prix du Public Layla, Salma et Nour, 3 jeunes femmes palestiniennes, partagent un appartement à Tel Aviv, loin du carcan de leurs villes d’origine et à l’abri des regards réprobateurs. Mais le chemin vers la liberté est jalonné d’épreuves…

Réalisation : Maysaloun Hamoud (avec Jean Stern, journaliste et écrivain-rédacteur,  Jean Luc Levénès, coorganisateur du festival, Femmes Solidaires et l’AFPS 04)

 Jeudi 15 mars : 4 courts métrages :

  • Jungle – 18’ – 2016  Prix en festivals

Zaman, jeune afghan de seize ans, travaille comme coiffeur dans un petit salon de fortune en plein cœur de la jungle de Calais . Il a fui la guerre comme des milliers d’ autres . Mais la jungle est vouée à disparaître et le rêve de Zaman de rejoindre un frère passé en Angleterre est menacé. Réalisation : Colia Vranici

  • Soury – 19’ En présence du réalisateur : Christophe Switzer

Film soutenu par la Cimade

Wassim, réfugié syrien, cherche à rejoindre Avignon.  Perdu dans la campagne provençale,  il croise un vieux vigneron au pied du Mont Ventoux…

  • L’eau est libre – 15’  Quand tous les habitants d’un quartier se voient contraints d’aller aux toilettes, les enfants mènent l’enquête. Les soupçons se portent rapidement sur l’eau. En essayant de voir si le phénomène touche les autres quartiers‚ les enfants vont découvrir que face à l’eau, nous ne sommes pas tous égaux.             Réalisateur : Pierre Antoine Carpentier
  • Change ton cœur pas ma couleur – 19’

Djibril est un trentenaire Sénégalais avec une situation stable, des valeurs et des amis. Et comme d’autres sénégalais, il a ses a priori sur les personnes albinos. Alors le jour où il en rencontre, il se moque. Mais ce qu’il ignore, c’est que ce jour là, les albinos ne vont pas se laisser faire.

Réalisateur : Pierre Antoine Carpentier

 Jeudi 22 mars : COBY- 1 h17 – 2017  INEDIT POUR L’INSTANT EN France

Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna 23 ans change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. Réalisation: Christian Sonderegger

En présence de Coby, du réalisateur  Christian Sonderegger et de Zakaria Federenko, membre d’Amnesty International

Jeudi 29 mars : Les Sentinelles – 1h30 – 2017

Josette et Jean-Marie étaient ouvriers, en contact avec l’amiante. Paul est agriculteur, malade à cause de Monsanto. Henri Pezerat, chercheur au CNRS, a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que les produits toxiques arrêtent de tuer ceux qui travaillent avec. La justice est-elle passée pour les responsables du grand mensonge de l’amiante et pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticides ?

En présence du réalisateur : Pierre Pezerat  et de l’association ATTAC 04