Archives de catégorie : actions

Appel pour participer à la 5ème marche pour les libertés à Digne le samedi 30 janvier 2021 12h30 rassemblement festif 14h30 défilé

Nous étions pres de 250 à Digne cet après midi.

Après un partage d’activités d’expression et ludique et quelques prises de parole, nous avons défilé en cortège en faisant une boucle dans Digne.

Beaucoup de jeunes, des rencontres, et un bel ensemble de drapeau de la Palestine et de l’AFPS, dont 6 membres du CA

(Crédit photo 1 Juan Conca)

appel pour marche des libertés 30-01-21

5ème   MARCHE    DES    LIBERTÉS SAMEDI 30 JANVIER 2021

            Place du Général de Gaulle 04000 Digne

 12h30 : au kiosque ! Accueil, festivités, ateliers de réflexions, danses, cirque, échanges…

14h30 : départ de la Marche bd Honnorat puis bd Gassendi

 

C’EST LA   5ème  !    ET LE GOUVERNEMENT N’ENTEND RIEN !

Pourtant une loi doit être l’expression de la volonté générale ! (art 6-P. Constitution)

Face à une contestation grandissante de sa politique,

le gouvernement voudrait instaurer un véritable État de police par la combinaison de

la loi Sécurité Globale,

                         la loi Séparatisme,

                                            le  SNMO (Schéma National de Maintien de l’Ordre)

                           Aucune de ces lois ne conforte les principes républicains !

STOP A CETTE FRENESIE SECURITAIRE qui attaque  nos droits constitutionnels :

DROIT A LA PROTECTION : la police doit protéger les citoyens et leurs droits, et pas les dirigeants contre la population !

DROIT A LA VIE PRIVÉE : NON aux drones dans nos cuisines,  NON aux fichages

DROIT DE DÉCIDER DE L’ÉDUCATION DE NOS ENFANTS

DROITS A NOUS REGROUPER LIBREMENT EN ASSOCIATION

Ce gouvernement considère sa population comme un ennemi à maitriser :

DEMOCRATIE ET REPUBLIQUE EN DANGER !!!

TANT QUE CES TEXTES AUTORITAIRES NE SERONT PAS ABANDONNES, NOUS DEFENDRONS SANS RELACHE NOS DROITS ET LIBERTÉS !

 12h30 : au kiosque ! Accueil, festivités, ateliers de réflexions, danses, cirque, échanges…

14h30 : départ de la Marche bd Honnorat puis bd Gassendi

 La coordination Marche des Libertés 04 :  Ligue Droits de l’Homme Digne et Manosque, Libre pensée 04, ATTAC 04, AFPS 04,Comité 04 de résistance,  Dusens?desarts !,  labora’thoard, Gilets-Jaunes Casa, Extinctionrebellion, Les abeilles citoyennes, Grain de sable barcelo, ohé-débat, Manifestive, Confédération paysanne, Syndicat solidaires (SUD) ,  FSU,  FNE 04, , FI 04, NPA, PCF, POI 04, PG 04,  UPML,, PS 04, Unl 04, Eelv04,

16 janvier 2021 appel à la marche des libertés

Manifestation à Digne avec le collectif d’une 15aine d’organisation du 04, sous l’égide de la LDH. L’AFPS 04 est signataire de l’appel

Nous étions au moins 6 membres du CA de l’AFPS 04 parmi environ 250 « marcheurs et marcheuses » dans une ambiance assez festive.

AppelMarcheDigne16 01

Prise de parole de l’AFPS 04 :

Si je prends la parole, c’est surtout pour préciser pourquoi l’AFPS 04 est signataire de l’appel (marches des libertés). Dans notre association, nous sommes particulièrement conscients des dangers liés aux textes en préparation

-En tant que militant.es, bien sûr ; mais militants d’une association de soutien aux Palestinien.nes, donc potentiellement en soutien aux Arabes, c’est-à-dire des Musulmans ? Risque de faute ! Je rappelle qu’il y a des chrétiens parmi les Palestiniens et que l’AFPS s’appui sur le Droit international pour faire respecter leurs droits.

– Et en tant que spécialistes de Palestine-Israël ;Je développe un peu.

En tant que militants :
– La proposition de loi dite de sécurité globale, avec les prérogatives élargies des polices municipales et le recours aux agents de sécurités privées ; mais aussi avec l’utilisation de drones et de caméras portables pour la surveillance des manifestations permettant la reconnaissance faciales des manifestants et des passants… ça nous parle !
– Les 3 décrets permettant aux forces de l’ordre de ficher des personnes sur des critères élargis, ce fichage massif et large des militants, politiques, syndicaux, associatifs et de leur entourage, sur des question de santé, d’habitudes de vies, d’activité en ligne, d’expressions religieuses etc…, désormais possible et cela dès l’expression d’une opinion et sans aucun contrôle préalable par un juge… ça nous parle aussi ! On sait l’instrumentalisation de l’amalgame entre antisémitisme, critique d’Israël, de son gouvernement et antisionisme.
– La loi du 9 décembre sur le séparatisme et le renforcement des valeurs républicaines, qui vise diverses expressions en lien avec le culte musulman et la lutte contre le djihadisme, mais dont nombre de dispositions sont susceptibles de nous concerner ; ou le nouveau contrat d’engagement républicain pour les associations et l’exigence du respect des valeurs de la République, valeurs qui ne sont nullement définies par ailleurs. Ça nous parle encore ! Certaines communes ont déjà anticipé en imposant la signature d’une charte comme condition à l’octroi de subventions …
Et puis en tant que personnes qui ont pris le temps de regarder, étudier et comprendre comment les choses se passent du côté d’Israël-Palestine occupée, nous avons des choses à dire.
– Israël, cet état qui nous est présenté dans les médias Français trop souvent comme un exemple. Encore Mediapart, qui vient de publier un article par rapport à la vaccination, et qui ajoute sa voix aux nombreux commentaires élogieux des radios et TV nationales. Mais, tous font toujours l’impasse sur l’apartheid que fait régner cet État et particulièrement l’aspect sanitaire de l’apartheid qui impose que les PPP ou les Palestiniens de Gaza, Jérusalem-Est, ou Cisjordanie n’ont pas les mêmes droits d’accès à la vaccination qui les Israéliens Juifs ou les colons. Quoiqu’on pense de la vaccination, eux, ils n’ont pas vraiment le choix !
– Israël qui se permet une ingérence dans l’État Français. Encore, ce 28 décembre M. Anthony Bellanger, journaliste de France-Inter, reprenait dans une chronique l’information du journal israélien Haaretz concernant le refus du ministre de la sécurité publique, M. Amir Ohana, de vacciner contre le Covid les prisonniers politique palestiniens.
Et dès le lendemain le 29 décembre, l’ambassade d’Israël en France, par la voix de son chargé d’affaire, M. Daniel Saada, a accusé le journaliste de mensonge et d’ « attiser la haine d’Israël ». Pire, il a demandé à France-Inter de corriger l’information ! Alors qu’en France la diplomatie israélienne tentait d’influer sur l’information du service public, parallèlement, différentes autorités israéliennes ont rappelé M. Ohana à l’ordre. L’AFPS a écrit au ministre de l’EAE pour protester officiellement et publiquement contre l’ingérence de l’ambassade d’Israël vis-à-vis d’une chaine d’information française appartenant au service public et lui demandant de rappeler au gouvernement israélien ses devoirs de puissance occupante, notamment pour la fourniture de vaccins à destination des la population palestinienne de l’ensemble du Territoire palestinien occupé.
Israël un exemple à suivre ? Probable que ce soit l’option choisie par nos gouvernements !
Mais attention, cet état est précurseur en matière de privatisation de liberté ; de système de surveillance ; et doté d’un panel législatif record pour gérer la vie des populations qu’il contrôle.
– Ainsi, toute sa technologie comme les drones, caméra de surveillance… Qui nous est présentée comme un élément de pointe pour combattre le terrorisme, est en fait testé sur les Palestiniens pour paralyser la résistance populaire.
– Des lois ? Mais qui instaurent une société ségrégée, une société d’apartheid depuis la loi quasi constitutionnelle état-nation du peuple juif du 19/7/2018. Et je vous conseille la lecture du rapport de l’ONG israélienne des droits de l’Homme B’Tselem, qui vient de publier un document qui dénonce pour la 1ère fois un régime d’apartheid.
– Des limitations de liberté de mouvement, des arrestations arbitraires pour atteinte à la sécurité de l’État. Actuellement 4400 PPP dont 440 en détention administrative. C’est-à dire incarcérés sans motif, sans procès, mais pour des périodes de 6 mois renouvelables sans limite, et donc souvent pour des années.
Voilà un échantillon de ce qu’on veut nous préparer ? De ce qu’on risque de voir ici en prenant Israël comme modèle en la présentant telle une démocratie qui lutte contre l’insécurité et le séparatisme ?
Alors, oui, l’AFPS 04 est signataire de l’appel des marches pour les libertés !
 Digne 2012.01.16

9 novembre 2020 Journée Mondiale Pour un Monde sans Mur

    Cette année, année de l’annexion annoncée par Netanyahou de la Vallée du Jourdain et des colonies, la journée mondiale pour un monde sans mur – initiée par nos amis de Stop the wall il y a 3 ans – prend une dimension particulière : le mur est un des outils centraux de l’annexion de facto du territoire palestinien par Israël.

La situation nous contraint à nous centrer sur des actions numériques. Nous vous proposons donc de reprendre le type d’action mise en place en plein confinement pour la journée des prisonniers politiques palestiniens : https://www.france-palestine.org/Mobilisation-LibertePourLesPrisonniersPolitiquesPalestiniens

Nous allons créer et diffuser des mosaïques de photos militantes mettant en évidence le visuel de la journée pour un monde sans mur.

Relayons, partageons largement cet appel à action ! Construisons un monde sans mur !

Près de 70 murailles sur tous les continents déchirent la vie et les terres des peuples. Ce sont des édifices d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination, d’exploitation et d’annexion. C’est ce qu’est le Mur d’apartheid israélien.

En Palestine l’année 2020 a été marquée par la décision de Netanyahou d’annexer la vallée du Jourdain et les colonies israéliennes situées en Cisjordanie occupée.Mais aussi partout dans le monde le soutien au peuple palestinien s’est affirmé, particulièrement contre le plan Trump, contre l’annexion et contre l’apartheid israélien. Symbole et outil de cette répression et de cette politique, le Mur construit par Israël est illégal.

Le 9 novembre sera cette année encore la Journée mondiale d’InterAction pour un #MondeSansMur.

tract un monde sans mur 2020

>> L’appel à action (sur le site de l’AFPS)

1) Participez à l’action numérique collective : envoyez une photo
  de vous avec le message #MondeSansMur (à l’adresse : afps@france-palestine.org)
Le lundi 9 novembre nous relaierons un album contenant le plus grand nombre possibles de photos sur notre site internet et sur les réseaux sociaux.

2) Partager sur les réseaux sociaux – Facebook et Twitter

3) Participez aux visioconférences de nos amis de Stop The Wall

Le 9 novembre, partout en France contribuons à construire un #MondeSansMur !

Conférence débat avec Salah Hamouri

Journée malheureusement annulée suite aux menaces d’expulsion de Salah Hamouri de Jérusalem…

Il reste en Palestine et annule sa tournée, pour préparer sa « défense ».

Nous mènerons différentes actions pour le soutenir face à ce harcèlement des instances israéliennes à son encontre

Nous aurons la chance de recevoir Salah Hamouri à la salle polyvalente des Mées le samedi 3 octobre en fin d’après midi, début de soirée !

 

Précisions à venir. Mais vous pouvez  déjà retenir la date …

Tract tour cycliste 2020 AFPS 04

 2020.08.17 lettre aux 4 clubs cyclistes du 04

Tour de France 2020 ISRAËL HOLD-UP NATION


RV le samedi 29 aout à 9h30 devant le parvis de la mairie de Sisteron !


Une équipe d’Israël dans le Tour 2020, pour blanchir la politique israélienne ?

Pourquoi, alors qu’Israël, en annexant et colonisant illégalement la Cisjordanie et Jérusalem-Est, poursuit son objectif de faire disparaître la Palestine de la carte !

Le Tour de France aura lieu du 29 août au 20 septembre, Il passera le 1er septembre à Sisteron. Une équipe aux couleurs d’un État, baptisée Israël Start-Up, a été créée par le milliardaire israélocanadien Sylvan Adams, qui s’est offert la licence de l’équipe russo-suisse Katusha.
Ses objectifs sont sans ambiguïté ; il les a expliqués au journal Libération : « Présenter l’État hébreu comme une démocratie vibrante et robuste, un pays normal, sûr, ouvert et tolérant ».
Les modalités d’action précisées sur le site internet officiel de l’équipe Israël Start-Up Nation sont : « pour les coureurs, comme pour les membres du staff, d’agir comme des ambassadeurs de l’État d’Israël ».

Le Tour de France 2020 sera donc le théâtre d’une vaste opération de propagande pour faire oublier les crimes d’Israël contre les palestiniens !

Nos organisations membres du collectif Palestine 04 « urgence de la paix et du droit entre Israël et Palestine », tiennent à faire quelques mises au point face à cette entreprise d’instrumentalisation du sport cycliste pour blanchir cet État.
Nous ne mettons évidemment pas en cause l’existence de l’État d’Israël,
– Mais estimons qu’il est impossible de passer sous silence le sort que subit le peuple palestinien, dont les droits sont piétinés depuis maintenant plus de 70 ans.
– Tant que ces droits seront bafoués, tant que continuera le processus de colonisation et d’annexion de territoires par la force au détriment du peuple palestinien, Israël ne sera pas un État comme les autres, ce n’est pas « un pays normal, sûr, ouvert et tolérant ».
– Israël continue d’accélérer le vol des terres appartenant à des Palestiniens pour y implanter des colonies qui sont toutes illégales selon le droit international. Pour cela, des maisons et des cultures des Palestiniens sont détruites, des habitants palestiniens expulsés. Ces destructions et expulsions s’intensifient actuellement, le Premier Ministre d’Israël ayant le projet d’annexer, purement et simplement, des pans entiers du territoire palestinien conquis par la force en juin 1967. À ces violences et spoliations en Cisjordanie s’ajoute le blocus de Gaza (par air, par mer et par terre) qui enferme, étouffe économiquement et meurtrit une population de 2 millions d’habitants.

Pour ses divers crimes, l’État d’Israël a été condamné à de nombreuses reprises par des
résolutions de l’ONU, mais il n’en a jamais tenu aucun compte. Cet État s’est aussi doté d’une loi dite loi de l’État Nation du peuple juif (19 juillet 2018) qui instaure, officiellement, l’existence de deux catégories de citoyens, les Juifs et les non-Juifs, les premiers ayant tous les droits, les autres étant privés d’un nombre important d’entre eux. En clair, un gouvernement qui établit une situation d’apartheid !

Avec la participation de ACAT, AFPS 04, Palestine 13, Attac 04, PCF 04, FI 04, MAN, PG, Terre des Hommes, et le soutien des membres du collectif 04 « L’urgence de la paix et du droit » :                 Associations : Assemblée citoyenne de Manosque, Artisans du Monde, CCFD-Terre solidaire, Femmes Solidaires, LDH,  Mouvement de la Paix, Voix Prolétarienne ;                                           Partis politiques : EELV, Ensemble ;                                                                                                       Syndicats : CGT, Confédération Paysanne, FSU, SNUIPP, Sud Éducation.

 

Urgence numéro 1 contre la menace d’annexion d’une partie de la Cisjordanie à partir du 1er juillet !

Nous vous proposons d’envoyer un message à vos parlementaires et de relayer à votre réseau personnel.

Pour information le département des alpes de Haute Provence,

la député Delphine Bagarry est déjà signataire d’un appel de 120 parlementaires

qui s’adressent directement à Élysée pour demander au Président de la république la reconnaissance de l’État de Palestine et des sanctions internationales face au projet d’annexion imminent d’une grande partie de la Palestine.. Une tribune reprenant leur demande doit être publiée dans le cours de la semaine prochaine.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/01/nous-appelons-a-des-sanctions-internationales-immediates-en-cas-d-annexion-du-tiers-de-la-cisjordanie-par-israel_6044864_3232.html

Lettre au Président _ Annexion de la Vallée du Jourdain et des colonies juives _ Reconnaissance de l’Etat de Palestine -2 (4)

Contre l’annexion : URGENCE 1 : écrire à nos parlementaires

C’est simple, c’est rapide, c’est efficace, c’est important ! Plus les parlementaires recevront de messages, plus les interpellations de l’AFPS et de tous ceux qui se mobilisent auront de force. Nous avons ce nouvel outil qui donne directement les noms et adresses des parlementaires en fonction du département, usons et abusons !

https://france-palestine.eaction.online/StopAnnexion

adressez-vous aux parlementaires de notre département pour qu’ils interviennent auprès du gouvernement afin que celui-ci décide, enfin, de prendre des sanctions contre Israël et sa politique criminelle de colonisation, d’occupation, d’apartheid et, aujourd’hui, d’annexion.

Il est très important qu’ils reçoivent un grand nombre de messages qui viendront en appui de toutes les autres démarches effectuées en leur direction.

C’est très simple et très rapide : trois minutes et quelques clics :

  1. Cliquer sur ce lien: https://france-palestine.eaction.online/StopAnnexion
  2. Choisissez votre département en faisant dérouler puis cliquer sur Continuer 
  3. Apparait alors la liste des députés et sénateurs du département. Ils sont tous cochés. À vous de choisir si vous vous adressez à tous ou pas (décocher selon votre choix ….)
  4. Remplir les cadres pour vous identifier. Vous n’êtes pas obligés de noter votre adresse. Le nom de la commune et le code postal suffisent.
  5. Répondre à la question posée au moyen de la petite flèche, à droite de la case. C’est une opération destinée à vérifier que vous n’êtes pas un robot
  6. Cliquer sur envoi …… et le message est envoyé aux parlementaires.

Ces adresses aux parlementaires constituent un volet très important de notre campagne contre l’annexion : si nous voulons obtenir des sanctions, il faut que le plus grand nombre de parlementaires pèsent sur Macron et le gouvernement. Dans tous les cas, ces messages seront utiles :

                               * Aux parlementaires qui ont déjà agi ou qui s’apprêtent à le faire, car ils ont besoin d’être confortés dans leur démarche. Nous leur montrerons que nous sommes nombreux à les soutenir et les encourager.

* À celles et ceux encore hésitants, pour les encourager à agir.

* À celles et ceux dont nous savons que nous n’obtiendrons rien, car cela leur montrera que leur soutien (déclaré ou implicite) à la politique d’Israël est désapprouvé par un grand nombre d’électeurs et électrices.

Cet acte de solidarité simple peut peser lourd dans la lutte contre l’annexion et la politique d’apartheid de Netanyahou.

PS : Vous pouvez voir l’ensemble de la campagne ici: https://www.france-palestine.org/Depecage-de-la-Palestine-arreter-Netanyahou

 

 

1er MAI … Lettre ouverte à l’organisation internationale du travail (OIT) en partenariat avec des ONG Palestiniennes

L’AFPS s’est associée à l’initiative.

Nous pouvons maintenant signer en ligne cette lettre à titre citoyen !

Je vous engage à la signer très vite  … Vous pouvez aussi relayer dans vos réseaux…

L’AFPS s’est associé à cette initiative. Vous trouverez la lettre ouverte sur le site de l’AFPS / https://www.france-palestine.org/Appel-a-signature-Lettre-ouverte-a-l-Organisation-Internationale-du-Travail-OIT

Les signatures seront comptabilisées mais les noms ne seront pas divulgués.

N’hésitez pas à faire suivre autour de vous.

La lettre sera envoyée officiellement à l’OIT lundi 4 mai 2020.

Dans le monde entier, la pandémie de COVID-19 a exacerbé les vulnérabilités liées à la pauvreté, à la discrimination, aux conflits et à l’occupation. En Palestine, la pandémie COVID-19 a mis en évidence le régime israélien de domination raciale institutionnalisée et d’oppression sur l’ensemble du peuple palestinien, ce qui équivaut au crime d’apartheid .

Pendant la pandémie de COVID-19, la vulnérabilité des travailleurs palestiniens à la pandémie a été aggravée, les autorités d’occupation israéliennes continuant à privilégier les considérations économiques au détriment des droits et de la dignité des travailleurs palestiniens.

Alors que nous commémorons la Journée internationale des travailleurs et les réalisations en matière de promotion des droits du travail dans le monde entier, les travailleurs palestiniens employés en Israël et dans les colonies israéliennes illégales continuent de subir des conditions de travail désastreuses, reçoivent des salaires inférieurs à ceux de leurs homologues israéliens et se voient refuser l’accès aux soins de santé et autres avantages, entre autres politiques et pratiques discriminatoires de l’occupation israélienne .

Il est donc plus urgent que jamais de s’attaquer au déni prolongé des droits des Palestiniens.

L’AFPS et de nombreuses organisations internationales ont rejoint les organisations palestiniennes pour interpeller l’OIT afin que les droits des travailleurs palestiniens soient reconnus.

>> Signez la lettre ouverte au directeur général de l’OIT !


La liste des membres :

Membres : Amani, Artisans du Monde, AURDIP, AFPS, AJPF, Cedetim, CEMEA, Chrétiens de la Méditerranée, Cimade, CICUP, CCFD-Terre Solidaire, Comité Palestine Israël 44-49, Comité Gaza Jérusalem Méditerranée, CVPR-PO, Enfants Réseau Monde/Services, FSGT, LDH, LIFPL-section française, MRAP, Mouvement de la Paix, MIR, MAN, One Justice, Pax Christi France, Secours Catholique-Caritas France, SIDI, Soutien Humani’Terre, UJFP.

Observateurs : ACAT-France, Agir ensemble pour les droits de l’Homme, Amnesty International France, Association Pour Jérusalem, CRID, Collectif judéo-arabe et citoyen pour la Palestine, Francas, GAIC, Humanité & Inclusion, Médecins du Monde, Palmed France,PUI, ritimo.

À l’occasion de la Journée internationale des travailleurs.ses, nos partenaires palestiniens (Al Haq, PNGO, PIPD etc.) proposent de co-signer et d’envoyer la lettre ouverte ci-jointe (version originale en anglais et version traduite en français) au directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT) à Genève pour la protection des droits des travailleurs palestiniens pendant et après le COVID-19.

Dès le vendredi 1er mai, la lettre sera publiée sous forme de pétition en ligne ouverte à la signature des citoyen.ne.s et partagée sur les réseaux sociaux avec les hashtags #LaborDay #WorkersDay #Palestine #1May.

A l’attention de :
M. Guy Ryder
Directeur Général de l’OIT
4 route des Morillons
CH-1211 Genève 22
Suisse

Le 1er mai 2020

Objet : La protection des travailleurs palestiniens pendant et après le COVID-19

Cher Monsieur Ryder,

Nous, organisations de la société civile, syndicats et citoyens du monde entier, adressons cette lettre ouverte conjointe à l’Organisation internationale du travail (OIT) à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs, vous exhortant à prendre des mesures dans le cadre de votre mandat pour protéger les droits, les moyens de subsistance et la dignité des travailleurs palestiniens, hommes et femmes, et de leurs familles pendant et après la pandémie de COVID-19. La Déclaration du centenaire de l’OIT pour l’avenir du travail a confirmé le rôle essentiel que l’OIT, cent ans après sa création, doit jouer pour la réalisation de « la justice sociale, la démocratie et la promotion d’une paix universelle et durable ». [1]

Nous nous félicitons de la récente déclaration de l’OIT appelant les gouvernements du monde entier à prendre des mesures pour prévenir et contrôler la propagation du COVID-19 sur le lieu de travail. Comme l’a souligné l’OIT, « ce n’est qu’en mettant en œuvre des mesures de sécurité et de santé au travail que nous pourrons protéger la vie des travailleurs, de leurs familles et des communautés plus larges, et assurer la continuité du travail et la survie économique » [2]. Dans le monde entier, la pandémie de COVID-19 a exacerbé les vulnérabilités liées à la pauvreté, à la discrimination, aux conflits et à l’occupation. En Palestine, la pandémie COVID-19 a mis en évidence le régime israélien de domination raciale institutionnalisée et d’oppression sur l’ensemble du peuple palestinien, ce qui équivaut au crime d’apartheid [3].

Comme le souligne votre dernier rapport de 2019 sur la situation des travailleurs des Territoires arabes occupés, « les Palestiniens eux-mêmes n’ont guère la possibilité d’améliorer leur sort. L’occupation israélienne est étouffante à tous égards, dominant presque tous les aspects de la vie des Palestiniens » [4]. Dans l’ensemble du Territoire Palestinien occupé, les autorités d’occupation israéliennes ont continué à cibler sans discernement les moyens de subsistance des Palestiniens pendant la pandémie de COVID-19, notamment par des attaques contre les agriculteurs, les bergers et les pêcheurs dans la bande de Gaza [5].

Pendant la pandémie de COVID-19, la vulnérabilité des travailleurs palestiniens à la pandémie a été aggravée, les autorités d’occupation israéliennes continuant à privilégier les considérations économiques au détriment des droits et de la dignité des travailleurs palestiniens. Au lieu de cela, les travailleurs palestiniens présentant des symptômes de la grippe ont été jetés aux check-points sans coordination pour assurer leur traitement [6], Israël n’a pas testé les travailleurs palestiniens au COVID-19, ni pris de mesures adéquates pour freiner la propagation de la pandémie dans le Territoire Palestinien occupé, sapant ainsi les efforts de confinement et d’atténuation des risques de l’Autorité palestinienne pour les travailleurs de retour du territoire israélien. Le ministère palestinien de la Santé a constaté que les travailleurs, leurs familles et leurs contacts constituent la majorité des infections au COVID-19 en Cisjordanie [7].

Alors que nous commémorons la Journée internationale des travailleurs et les réalisations en matière de promotion des droits du travail dans le monde entier, les travailleurs palestiniens employés en Israël et dans les colonies israéliennes illégales continuent de subir des conditions de travail désastreuses, reçoivent des salaires inférieurs à ceux de leurs homologues israéliens et se voient refuser l’accès aux soins de santé et autres avantages, entre autres politiques et pratiques discriminatoires de l’occupation israélienne [8]. Le secteur israélien de la construction, en particulier, composé essentiellement de travailleurs palestiniens des deux côtés de la Ligne verte et qui a continué à être considéré comme un « service essentiel » pendant le COVID-19, est l’un des secteurs les plus dangereux pour les accidents du travail, car il manque d’une supervision nécessaire par le gouvernement israélien [9].

Comme l’a souligné l’OIT, le COVID-19 a révélé la fragilité des économies du monde entier, la pandémie ayant le potentiel « à long terme, d’amplifier considérablement les cycles de pauvreté et d’inégalités » [10]. Il est donc plus urgent que jamais de s’attaquer au déni prolongé des droits des Palestiniens comme étant la cause première de la privation d’un niveau de vie adéquat. Les rapporteurs spéciaux des Nations unies ont notamment rappelé à Israël son obligation de veiller à ce que les Palestiniens reçoivent les services de santé essentiels [11], ont exprimé leurs préoccupations quant au fait qu’Israël entrave les efforts visant à contrôler et atténuer efficacement les risques du COVID-19, et ont appelé à un accès égal aux traitements et aux dépistages sans discrimination [12].

En conséquence, nous, soussignés, vous demandons aujourd’hui, en tant que Directeur général de l’OIT, de :

1. Envoyer une lettre urgente au Ministre du Travail et au Ministre de la Santé en Israël, demandant aux autorités d’occupation israéliennes de fournir d’urgence aux travailleurs palestiniens leurs trois mois de salaire pendant la situation d’urgence, conformément à la législation du travail israélienne ; de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris avec les employeurs, pour garantir la couverture des soins de santé pendant et après l’urgence de COVID-19 ; de fournir aux travailleurs palestiniens qui séjournent en Israël un logement, de l’eau, de la nourriture et des installations sanitaires adéquats, car cela est essentiel pour faire respecter leurs droits et atténuer les risques du COVID-19 parmi les travailleurs et leurs familles à leur retour ;

2. Inviter la 109ème session de la Conférence Internationale du Travail à tenir Israël, puissance occupante, pour responsable de ses violations des droits des travailleurs palestiniens, par une supervision adéquate de la Commission d’experts de la mise en œuvre des recommandations du rapport sur la situation des travailleurs dans les territoires occupés et pour l’application des conventions qu’elle a ratifiées.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.

 

 

SOS PALESTINE appel à dons !

LES BESOINS SONT TOUJOURS Là. ILS SONT ÉNORMES… MERCI DE CONTINUER A CONTRIBUER A L’EFFORT SI VOUS LE POUVEZ !

Ci-dessous, l’appel d’origine et le mode d’emploi. Si vous préférez adresser votre participation par chèque, ou à notre trésorier à Digne, nous reverserons les dons que nous recevrons.

Les personnes les plus vulnérables prennent toujours de plein fouet les crises sanitaires.

Non seulement les Palestiniens font partie des plus vulnérables mais ils vivent sous occupations militaires.

>> Lire le communiqué de l’AFPS « Coronavirus : la Palestine, confinée, subit de plein fouet les exactions de l’occupation israélienne »

>> Voir le fil d’actualité « En direct de Palestine »

Au 26 mars, 84 cas avaient été détectés en Cisjordanie et au moins 9 cas à Gaza et 1 mort dans le village de Bidou. L’entassement de la population, la précarité des logements, la saturation du secteur de santé nous font craindre une catastrophe majeure. Le risque est qualifié de très élevé par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Au-delà de notre action politique, nous pouvons apporter un soutien financier à nos partenaires, les ONG palestiniennes qui aident les populations sur place, à Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem Est et dans les camps du Liban.

En donnant à SOS Palestine, vous nous permettez d’envoyer des fonds dont l’utilisation est certifiée par des partenaires fiables. Parmi nos partenaires, le PMRS (Secours médical palestinien) présent en Cisjordanie et à Gaza, a besoin de 200.000 euros et la branche de Gaza de l’UHWC (Union des comités des travailleurs de la santé) a besoin de 300.000 euros. Nous sommes en contact avec notre partenaire Najdeh et Beit Atfal Assumoud pour le soutien aux camps du Liban où les Palestiniens prennent de plein fouet la crise économique et le coronavirus.

Mode d’emploi :

  • Vous pouvez passer par notre site  : http://www.france-palestine.org/-Faire-un-don-137- (paiement par Carte bancaire)
  • Vous pouvez bien évidemment toujours adresser vos dons par chèque à l’ordre de l’AFPS à : AFPS 21 ter Rue Voltaire 75011 Paris. Merci alors de mentionner au dos du chèque la destination de votre don (SOS Palestine). Notez que les chèques ne pourront être débités qu’après la fin du confinement.

En donnant à SOS Palestine, si vous payez des impôts, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt de 66% des sommes versées.

D’ores et déjà, pour répondre à l’appel de nos partenaires, nous envoyons 30.000 euros la PMRS (Cisjordanie et Gaza) et 30.000 euros à l’UHWC (Gaza) dans le cadre de leur programme d’action contre le coronavirus.

Mais nous voulons aller plus loin car les besoins sont immenses. Aidez-nous à mobiliser 100.000 euros.


Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Suivez l’AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

17 avril Journée internationale de solidarité avec les Prisonniers Politiques Palestiniens (PPP)

Il nous est proposé pour marquer cette journée de solidarité de participer à une campagne « mur pour les prisonniers politiques palestiniens » en envoyant une photo avec une affichette « liberté pour les prisonniers ».

La situation des prisonniers dans les prisons de la puissance occupante sont toujours très difficiles -qu’on se souvienne des grèves de la faim-. Avec la pandémie de Covid-19 ces conditions sont encore plus préoccupantes pour la santé des prisonniers (surpopulation, pas d’accès aux soins, pas de distribution de kit d’hygiène, plus aucune visite…)

 

 

VOS DONS …

LES BESOINS SONT TOUJOURS Là. ILS SONT ÉNORMES… MERCI DE CONTINUER A CONTRIBUER A L’EFFORT SI VOUS LE POUVEZ !

Le 21 avril, notre GL adresse 400 € en reversement des dons reçus directement adressés par nos adhérent.s et sympathisant.es qui ont été alerté.es par mail.