Archives mensuelles : mai 2017

Prisonniers politiques en grève de la faim depuis le 17 avril 2017

    Les prisonniers ont cessé la grève après avoir obtenu l’assurance d’une amélioration de leur condition de détention

L’AFPS, engagée dans la Campagne internationale pour la libération de Marwan Barghouthi et de tous les prisonniers palestiniens, est solidaire de leur combat pour des conditions de détention conformes au droit humanitaire et contre la détention administrative.

41 jours de lutte, dans des conditions extrêmement dures, ont finalement contraint l’administration israélienne à négocier avec la direction de la grève et à accepter les demandes humanitaires portées par le mouvement.

C’est une victoire de grande portée obtenue de haute lutte par un combat exemplaire qui est celui de tout un peuple.

Nous sommes fiers de l’avoir soutenu et accompagné sans réserve depuis le début.

 

   AGIR D’URGENCE POUR LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS EN GREVE DE LA FAIM     aujourd’hui 38ème jour de gréve

Depuis le 17 avril, près de 1500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim. Cette grande action collective a été lancée par Marwan Barghouti, symbole de la résistance populaire contre l’occupation. Victimes de tortures, de traitements dégradants et de négligence médicale, les grévistes de la faim se battent pour leur dignité, pour le respect du droit international et humanitaire bafoué par l’Etat israélien. Au 38ème jour de grève de la faim leur état de santé se dégrade dangereusement.

L’emprisonnement massif est un outil de répression majeur des Palestiniens qui résistent à la colonisation de leur pays. Environ 500 d’entre eux sont sous le régime de détention administrative qui permet une incarcération sans procès ni inculpation. En Cisjordanie, plus de 40 % des hommes ont été emprisonnés depuis 1967, et toutes les familles sont touchées.

Alors qu’ils demandent la fin des tortures et mauvais traitements, l’amélioration des droits de visite, l’accès aux soins, l’abandon de la détention administrative, l’accès à des livres, le gouvernement d’occupation israélien leur répond par des mises à l’isolement, l’interdiction de visites, le pillage des cellules, des menaces de les nourrir par force, ce qui est formellement interdit par le droit international.

Il y a urgence : la France doit agir pour le respect de leurs droits et la satisfaction de leurs revendications.

Action complémentaire proposée par l’AFPS – Ecrire à la Présidence de la République

Le congrès de l’AFPS, réuni ce week-end, a été placé sous le signe de la solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim. Chaque jour qui passe accroît les risques pour leur santé et pour leur vie ; il y a maintenant urgence et nous devons intensifier notre action.

Le congrès a voté par acclamation la résolution ci-dessous pour leur apporter son soutien. Il appelle tous les Groupes locaux de l’AFPS et au delà les sympathisant.e.s, à manifester sous toutes les formes leur soutien aux grévistes, leur demande de libération de tous les prisonniers politiques, leur inquiétude suite à la dégradation de leur état de santé, leur soucis de l’application du droit international et des convention de Genève, leur désaccord suite au silence des grands média et des politiques…

Nous vous proposons d’utiliser les boites aux lettres sur les sites internet de la Présidence de la république et du ministère des Affaires étrangères pour leur adresser le texte de la résolution, et de demander à vos adhérents et sympathisants de faire de même. Pour écrire sur ces sites :
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire/

Voici le texte du communiqué adopté par le congrès dont vous pouvez vous inspirer pour votre courrier

Le 6ème congrès de l’AFPS réuni à Saint-Denis les 20 et 21 mai 2017
salue la lutte exemplaire et héroïque des prisonniers politiques palestiniens engagés dans le mouvement de grève de la faim pour la liberté et la dignité lancé par Marwan Barghouthi le 17 avril.

Cette lutte exprime les aspirations de tout un peuple à la liberté et rassemble dans un même combat toutes les sensibilités politiques palestiniennes.

Devant l’aggravation de l’état de santé de prisonniers, qui pour beaucoup d’entre eux en sont à leur 35ème jour de grève, le congrès de l’AFPS s’adresse au Président de la République et au gouvernement pour que la France prenne immédiatement une initiative en direction des autorités israéliennes pour qu’elles fassent droit aux légitimes revendications des grévistes de la faim.

Il en va de la vie de ces hommes. Tout drame humain serait lourd de conséquences et éloignerait encore davantage toute perspective de paix.

             BRISONS LE SILENCE !  Ecrivez ! merci de penser à faire circuler dans vos réseaux….

 

LIBERTÉ POUR TOUS LES PRISONNIERS PALESTINIENS !

libererbarghouthi.prisonniers@gmail.com

Les revendications des prisonniers :

La fin de la politique d’isolement et la fin de la politique de détention administrative. Ainsi que

Concernant les familles :
restaurer la deuxième visite mensuelle, arrêtée par la Croix-Rouge internationale l’an dernier
instaurer des visites régulières toutes les deux semaines et augmenter la durée de la visite de 45 minutes à une heure et demie
ne pas empêcher les proches du premier et deuxième degré de visiter le prisonnier ; permettre les visites aux enfants et petits-enfants de moins de 16 ans et permettre aux détenus de prendre des photos avec leurs familles tous les trois mois
installer un téléphone dans toutes les prisons et les sections pour communiquer avec les familles.

La santé :
fermeture du soi-disant « hôpital de la prison de Ramleh », structure inadaptée et incapable de donner le minimum de soins nécessaires
mettre un terme à la politique de négligence médicale et instaurer des examens médicaux périodiques pour les prisonniers ainsi qu’ assurer la qualité des interventions chirurgicales
libérer les prisonniers malades, en particulier les personnes handicapées et atteintes de maladies incurables
permettre que des médecins spécialistes extérieurs à la prison soignent les détenus
ne pas faire supporter les frais de traitement aux prisonniers malades. Prisonnières :
répondre aux besoins et demandes spécifiques des prisonnières palestiniennes, concernant le transport vers les tribunaux ou les hôpitaux et leur permettre de rencontrer les parents et la famille sans barrière lors de la visite.

Le transport des prisonniers :
assurer un traitement humain aux prisonniers lors des transports
ramener rapidement les prisonniers au retour des cliniques ou des tribunaux, et ne pas les garder sur les points de passage
réorganiser les points de passage, et y fournir des repas aux prisonniers.

Autres demandes :
des canaux satellites adaptés aux besoins des détenus
permettre aux prisonniers de s’inscrire dans les universités israéliennes et de présenter leurs examens de façon officielle et selon un accord défini à l’avance
permettre l’entrée des livres, des journaux, des vêtements, de la nourriture et les affaires personnelles lors des visites
installer des climatiseurs dans les prisons, en particulier dans les prisons de Megiddo et Gilboa
réintégrer les cuisines dans toutes les prisons et les mettre sous le contrôle exclusif des prisonniers palestiniens,

 

A ce jour près de 7000 Palestinien

Prison de Hadarim

Mesdames et messieurs les parlementaires

Brisons le silence-prise de parole-BA_MH