Article mis en avant

30 mars 2019 à 18h à Reillanne projection du film WARDI

Le 30 mars, Jour de commémoration des 1ères marches du retour à Gaza…

Le 30 mars, Journée de la Terre pour les Palestinien.ne.s

Le 30 mars, nous serons à Reillanne -salle des fêtes- pour la projection du film WARDI à 18h

« La Strada » présente Wardi Un film de MATS GRORUD 

. La projection sera suivie d’un débat animé par Monique Etienne et Mireille Sève de l’AFPS 04

. Le partage d’un pot de l’amitié en présence d’élu.e.s de la municipalité clôturera l’événement

Le premier long métrage du Norvégien Mats Grorud (80’) retrace avec intelligence et tendresse l’histoire d’une famille d’un camp de réfugiés palestiniens au Liban.                     « Mon objectif était de réaliser un film qui semble aussi réaliste que possible aux yeux des Palestiniens qui vivent au Liban. Les personnages sont tous inspirés de mes amis et de leur famille. J’ai relié des commentaires entendus dans le camp à des informations tirées des entretiens que nous avons menés. Nous souhaitions faire un film sur le passage du temps : le passé, le présent et le futur à travers Wardi, son arrière-grand-père Sidi et le mystérieux Pigeon Boy. Je souhaitais créer un lien entre la nouvelle et l’ancienne génération. »

A 11 ans, Wardi est une petite fille comme une autre, habituée à un environnement de bâtiments enchevêtrés et délabrés au milieu desquels serpentent des ruelles parsemées de câbles électriques tirés dans tous les sens. Mais elle prend soudain conscience de la précarité de l’existence car Sidi, son arrière-grand-père adoré dont le cœur est fatigué, décide de lui donner une clé qu’il portait autour de son cou (« prends-en soin pour moi »). Un passage de témoin que certains voisins voient comme une perte d’espoir et qui pousse Wardi à poser des questions aux membres de sa famille. Une enquête à la fois naïve et insistante qui lui permettra de connaître le passé, de comprendre où et quelles sont ses racines et de clarifier les comportements du présent qui oscillent entre la persistance du rêve de retour et le désespoir d’un exil à perpétuité. Autant de découvertes que Wardi effectue en grimpant les étages d’un immeuble en forme de tour construit chaotiquement par les quatre générations successives de réfugiés du camp.

Ce film audacieux tire son originalité du double choix de son réalisateur : celui de s’adresser autant aux adultes qu’aux enfants, à travers le personnage de sa jeune héroïne ; et celui de mettre en scène le présent et le passé des réfugiés par l’animation. Alors que les marionnettes représentent le temps présent, le temps de Wardi ; les dessins représentent le passé, les souvenirs relatés par les différents membres de sa famille.  Elle permet d’ouvrir à un public d’adultes et d’enfants (de l’âge de l’héroïne) une thématique à priori très sérieuse.

Passionnante leçon d’histoire qui, au-delà des partis pris politiques, véhicule de solides valeurs humanistes et pose avec une grande acuité la question du statut cruel de ces éternels réfugiés.

2019.03.30 tract Wardi a Reillanne

2 au 20 avril 2019 voyage en Palestine

A la médiathèque de Digne du 2 au 20 avril

Vernissage le 2 avril après la conference

EXPOSITION PHOTOS – CONFÉRENCE le 2 à 18h – ATELIER CALLIGRAPHIE 6 à 14h – CONCERT le 6 à 17h – DIAPORAMA le 9 à 18h – PROJECTION VIDÉOS le 13 à 15h – FILM ‘le char et l’olivier » le 16 à 18h –

Avec Dominique Vidal le 2 à 18h, Ahmad Dari 6 à 14h & 17h, Marc Mercier des instants vidéo numérique et poétique le 13 à 15h, Roland Nurier le 16 à 18h

2019.04.2-20 digne livret palestine

23 avril 2019 Aux Mées Présentation d’un nouveau projet

Le 23 avril à 18h30 tous les membres de notre association sont conviés à venir à la présentation par Gérard PAUL, maire des Mées d’un nouveau projet dans lequel notre association et les Groupes Locaux AFPS de PACA vont s’investir.

Ce projet concerne la gestion, le captage, le stockage de l’eau d’irrigation et de l’eau potable dans 2 villages du gouvernorat d’Hébron…

Venez nombreux.ses !

Voeux de l’AFPS 04

 L’Association France Palestine Solidarité 04 vous souhaite ses meilleurs  vœux pour 2019 !

voeux 2019 afps 04

L’année 2018 a été particulièrement dramatique pour la Palestine. Massacres des gazaouis lors des marches du retour depuis fin mars. Reconnaissance de Jérusalem comme capitale politique d’Israël en mai. Colonisation accélérée et recrudescence des actes d’agression des colons. Emprisonnements d’enfants dès 12 ans avec tortures quasi systématiques et détention administrative comme moyen de pression. Loi sur l’état-nation du peuple juif officialisant l’apartheid en juillet …

Mais, avec les Palestiniennes et les Palestiniens, nous voulons croire en un avenir possible et à l’avènement d’une paix juste et durable.

C’est le sens de notre engagement.

extrait mur de Bethléem

En 2019 la nécessité de poursuivre notre action et de renforcer le mouvement de solidarité sera plus forte que jamais. Nous espérons vivement que vous partagerez notre combat pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien.

Avec vous, amenons l’état français à mettre ses actes en conformité avec ses paroles.

             Et que 2019 soit l’année de la reconnaissance de l’État de Palestine !                                      Nous le pouvons ! Nous le devons !

 

 

Café citoyen  » anti-sémistisme, anti-sionisme et critique d’Israel » 18 décembre Forcalquier

Dans le cadre des activités de l’Université Populaire « graines de savoirs » de Forcalquier, 

café-citoyen de 18h à 19h30 mardi 18 décembre à la parenthèse (place Saint Michel Forcalquier)

thème : 

 » Comment éviter la confusion entre anti-sémitisme, anti-sionisme et opposition à la politique israélienne ? »

par Mireille Sève

CINÉMA DÉBAT « SAMOUNI ROAD » A FORCALQUIER

LE 15 DÉCEMBRE A 17H30

Dans le cadre d’un triple partenariat entre le cinéma le Bouguet – l’association Œil Zélé – l’AFPS 04 et en présence de la productrice Pénélope Bortoluzzi, qui a également participé au scénario.

Vous pourrez voir et débattre de « Samouni road » qui est un film documentaire de Stefano Savona.  Il  a été sélectionné pour la quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2018. Il a reçu un certain nombre de prix.

Le film qui utilise à certains moments des techniques d’animation classiques, revient sur la situation à Gaza. Il dresse un portrait de la famille Samouri avant, pendant et après la guerre/massacre lancé par l’armée israélienne sur la bande de Gaza sous blocus, appelé « plomb durci » (dec 2008- jan 2009). Au fil de leur souvenirs, il redonne vie et dignité à la famille Samouni, décimée par l’armée israélienne.

Sur le site du Bourguet : SAMOUNI ROAD
Italie, France / 2018 / 2h08 / OEil d’Or Cannes 2018 de Stefano SAVONA
Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza… Amal, Fouad, leurs frères et leurs cousins ont perdu leurs parents, leurs maisons et leurs oliviers. Samouni Road dresse un portrait de cette famille avant, pendant et après l’événement qui a changé leur vie à jamais.
« Un témoignage saisissant et nécessaire qui dénonce les blessures laissées par le conflit entre Israël et la Palestine. » aVoir-aLire
VOST
Samedi 15 décembre à 17h30, la projection sera suivie d’un échange entre Pénélope Bortoluzzi, productrice du film, et Pascal Privet. En partenariat avec les associations OEil zélé et France Palestine Solidarité 04.

Pour la liberté d’expression…

Aujourd’hui, nous avons écrit à l’Élysée, et à nos 3 parlementaires pour qu’ils interviennent :

Comme vous le savez certainement, le Conseil Justice et Affaires intérieures de l’UE du 6 décembre dernier a approuvé sans débat, sans modification et sans discussion,  une déclaration qui adopte la « définition IHRA » de l’antisémitisme, illustrée d’exemples faisant l’amalgame entre la contestation de la politique de l’État d’Israël et l’antisémitisme.

Jeudi et vendredi prochains 13 et 14 décembre, le Conseil européen (organe suprême de l’UE dans lequel siègent les chefs d’État et de gouvernement) doit confirmer la décision du Conseil Justice et Affaires intérieures.

Nous vous demandons de plaider auprès de l’Élysée pour qu’il soit explicitement écrit dans la décision que la « définition IHRA » a pu réunir un consensus uniquement parce qu’elle est entendu sans les exemples.

Ce point technique est fondamental : la « définition IHRA » de l’antisémitisme est juste indigente, mais elle n’est pas dangereuse. Mais les « exemples » qui lui sont associés (même s’ils n’ont jamais été adoptés par l’IHRA) introduisent pour beaucoup d’entre eux la confusion entre antisémitisme et critique de la politique de l’Etat d’Israël.

C’est dans cet esprit que j’ai écrit au président de la République et qu’au niveau national, l’AFPS a envoyé vendredi soir une lettre au président de la République. Lettre publiée hier matin.
Nous avons eu un contact avec l’Élysée depuis, et nous croyons encore que les choses peuvent bouger si des interventions sont faites.

Un message de votre part pourrait permettre de modifier la prise de décision, pour plus de justice.

Je me permets de vous soumettre un exemple d’intervention :

Monsieur le président de la République,
Le Conseil européen des 13 et 14 décembre 2018 va être saisi d’un projet de résolution sur « la lutte contre l’antisémitisme et la protection des communautés juives en Europe ». Ce projet de résolution demande aux États membres d’adopter la « définition IHRA » de l’antisémitisme. Les exemples qui illustrent cette définition font l’amalgame entre la contestation de la politique de L’État d’Israël et l’antisémitisme.

Nous approuvons la lutte contre l’antisémitisme mais n’acceptons pas qu’elle soit manipulée à d’autres fins. Au nom de la clarté et de l’efficacité de la lutte contre l’antisémitisme et le racisme sous toutes ses formes, au nom de nos libertés, nous vous demandons d’intervenir pour demander l’ajout d’une phrase qui précise clairement que les exemples ne font pas parti du texte de la « définition IHRA » qui sera adoptée.

Je vous remercie d’avance de ce que vous pourrez faire. Le temps est compté, et notre liberté d’expression pour ce qui concerne Israël et la Palestine est  menacée si les choses restent en l’état.

Bien cordialement à vous,

Pour l’AFPS 04

carnet de voyage en Palestine

Le Carnet de Palestine, réalisé par Caroline Amblard à l’issue d’une mission de l’AFPS 04 en septembre 2017, a reçu le Prix Médecins Sans Frontière lors du Rendez vous des Carnets de Voyage de Clermont Ferrand qui a eu lieu les 16,17,18 novembre et a été fréquenté par 13 000 visiteurs (www.rendezvous-carnetdevoyage.com). Les rencontres avec les lecteurs et la remise du prix ont été l’occasion de rappeler les difficultés quotidiennes des Palestiniens en territoires  colonisés et leurs capacités de résistance et de résilience.

        Il est disponible à l’adresse mail :     carolineamblard@wanadoo.fr   

9 novembre Conférence-Débat avec Nada Awad « Quel avenir pour Jérusalem ? »

Dans le cadre de sa tournée en France à l’initiative de l’AFPS (GL Drôme-Ardèche), Nada Awad s’est arrêtée dans le 04.

– Elle a pu répondre aux questions de 2 radios locales (fréquence mistral et radio zinzine)
– A rencontré une 10aine d’élu-e-s dont les maires de Reillanne, La Palud sur Verdon et Thoard.
– Est intervenue lors d’une conférence-débat sur le thème de Jérusalem, devant plus de 60 personnes dont une partie d’inconnus. Son intervention claire a capté l’intérêt de l’auditoire et le débat très riche s’est poursuivi pendant plus d’une heure.
Nous avons terminé cette belle soirée par le partage d’un buffet offert conjointement par la commune et l’AFPS 04.

 

 

 

 

 

2018.11.09 Tournée Nada Awad reillanne

 

 

 

Dans le cadre de sa tournée en France, NADA AWAD fera escale dans les Alpes de Haute Provence pour une soirée.

Salle Polyvalente à REILLANNE le 9 novembre à 19h45

Elle s’exprimera sur la situation actuelle et à venir de Jérusalem.

Jérusalem-Est, une capitale à protéger face à l’illégalité de la politique d’Israël qui expulse, dépossède, cherche par tous les moyens à dé-palestiniser, à diviser par les murs, et emprisonne particulièrement la jeunesse…,

Nada Awad est une jeune Palestinienne de Jérusalem. Diplômée de Sciences Po, elle est spécialiste de droit humanitaire. Elle a été responsable des campagnes de sensibilisation et de défense des droits des habitants palestiniens au Centre d’Action Communautaire de l’Université Al Quds.

LE 9 NOVEMBRE EST LA JOURNÉE MONDIALE SANS MUR